La richesse des sites archéologiques tunisiens n’est pas assez exploitée

La richesse des sites archéologiques tunisiens n’est pas assez exploitée

- dans Non classé
0
partages
Partagez !
Twittez !
Partager
Partager
Partager
Partager
+
C'est quoi ce truc ?

Dans une perspective intitulée «contrat de destination» visant à valoriser les richesses dont disposent ces régions avec une implication active des populations locales, les régions de Kasserine, du Kef et de Kairouan, ont été retenues comme des sites culturels et naturels prioritaires à promouvoir. «Cette approche s’inscrit dans le cadre de la concrétisation des différentes dispositions de la nouvelle feuille de route du développement du tourisme tunisien» rapporte de son coté, un récent communiqué officiel émanant du ministère du tourisme.

les sites archéologiques tunisiens mal exploités

Diversifier l’offre touristique tunisienne

L’organisme a par ailleurs indiqué que «l’expertise française a été sollicitée pour accompagner ce projet faisant l’objet d’un plan de coopération signé, en juin 2012, entre le ministère du tourisme et l’Agence Française de développement touristique « Atout France » ».

Ce contrat de destination, qui sera étendu par la suite à d’autres régions, envisage de créer de nouveaux produits culturels et naturels afin de diversifier l’offre touristique tunisienne dans une dynamique de développement durable.

Pour arriver à cet objectif, différents champs d’intervention porteront essentiellement sur la valorisation des actifs touristiques des régions, la définition d’objectifs de marchés et sur l’émergence de nouveaux relais de croissance pour le secteur.

Afin de porter à bien cette action, une mission de « Atout France » actuellement en visite en Tunisie, a, selon le ministère du tourisme, présenté les résultats de ses travaux.

Un potentiel existant demeurant sous exploité

Rappelons qu’au cours des six derniers mois, les experts français, accompagnés des cadres du ministère du tourisme, de l’ONTT et l’agence foncière touristique ont effectué des visites de terrain aux sites archéologiques de Dougga (gouvernorat de Béja), à la table de Jugurtha à Kallat Senane (Gouvernorat du Kef), à Sbeitla (gouvernorat de Kasserine) et à Kairouan.

Ces derniers ont ainsi supervisé l’état des lieux qui prévaut dans ces régions au niveau de l’accessibilité, des infrastructures existantes ainsi que les conditions d’accueil et d’hébergement disponibles.

Les résultats de la mission ont mis en avant un nombre de richesses dont disposent ces régions. Les responsables ont constaté que le potentiel existant demeure sous exploité et citant à cet égard l’exemple du site archéologique de Dougga qui « enregistre, aujourd’hui, un taux de fréquentation touristique anormalement bas pour un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, tout comme la Khasbah du Kef».

S.E avec TAP

Partagez !
Twittez !
Partager
Partager
Partager
Partager
+

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez aussi aimer

La Tunisie à 280 euros la semaine en 4 étoiles tout compris !

0partages Partagez ! Twittez ! Partager Partager Partager