Culture en Tunisie

Le côté culture de la Tunisie

La Tunisie constitue un carrefour des civilisations unique entre l’Orient et l’Occident. Ce brassage de cultures et de traditions millénaires a donné naissance à un art spécifique, alliant abstraction et figuration.
Présent depuis la préhistoire, (grâce à des peintures rupestres découvertes dans plusieurs régions du pays : Gafsa, Jbel Oueslet…), l’art a toujours été indissociable de la culture tunisienne . Mais c’est assurément l’influence des différents peuples ayant foulé cette terre (phéniciens, romains, vandales, byzantins, arabes, ottomans) qui a fait en sorte que le patrimoine culturel tunisien soit aussi riche et varié.

Néjib Belkhodja

Œuvre du peintre Tunisien Néjib Belkhodja

L’art antique

De la mosaïque, sorte de tableau antique constitué d’un assemblage de milliers de tesselles multicolores, en passant par la sculpture, l’art antique se développe considérablement durant la période l’Afrique romaine.
La collection de mosaïques du musée du Bardo (la plus importante au monde), vous éblouira par la richesse de ses motifs décoratifs et des détails impressionnants qui y sont représentés : scènes de chasse et de pêche, combats de gladiateurs, jeux de cirques etc.
Il en va de même pour les innombrables statues de dieux romains exposés dans les musées. La finesse de leur exécution témoignent d’une dextérité légendaire dont bénéficiaient les artistes de l’époque.

La calligraphie arabe

Rencontre entre l’art et l’écriture, la calligraphie s’est particulièrement développée durant la période arabe. Offrant une multitude de forme et de variations (coufique, cursive, hijazi…), cette écriture artistique est encore présente sur les décors des façades des mosquées et des marabouts.

Les peintres orientalistes

Au début du 20éme siècle, un courant de peintres dits orientalistes (Paul Klee, Auguste Macke, Alexandre Roubtzoff, Louis Moilliet…) sont attirés par la richesse des paysages tunisiens, caractérisés par un mélange de couleurs et de lumière accentués par une nature encore vierge, jonchée de vestiges antiques à perte de vue.
En 1923, une école des beaux-arts voit le jour. En 1930, elle y accueille son premier élève tunisien: Ali Ben Salem. Un courant se met progressivement en place avec un seul désir, celui de n’être ni colonial, ni orientaliste. Une première dans un pays arabo-musulman.

Mais la peinture contemporaine tunisienne connait véritablement son essor dès 1949, quand un peintre dénommé Pierre Boucherle, décide de fonder l’Ecole de Tunis. Pour cela, il regroupe plusieurs peintres juifs et arabes à l’instar d’Ammar Farhat, Yahia, Gorgi, Moses Levy, Nello Levy, Lellouche, Naccache, Bochieri
De cette école, naitra plus tard, d’autres générations de peintres comme Zoubeir Turki, Hedi Turki, Safia Farhat, Brahim Dhahak, Fathi Ben Zakour ,Hassen Soufy

Le cinéma Tunisien

Le cinéma fit son apparition très tôt en Tunisie, pratiquement en même temps qu’en Europe et qu’aux Etats-Unis. En effet, les célèbres frères lumières tournent en 1896 des vues animées dans différentes rues de Tunis. Le premier long métrage réalisé sur le continent africain est tourné en 1919 en Tunisie. Il s’agit du film « Les Cinq gentlemen maudits ».

La musique Tunisienne

Résultat d’un long métissage culturel, la musique tunisienne est passée par trois principales phases : l’influence des arabes venus d’orient, des andalous venus d’Espagne et enfin des l’Empire ottoman (actuelle Turquie). Le courant musical classique le plus réputé est le malouf tunisien, fortement influencé par les andalous.