Trois films tunisiens en compétition, autour du thème « Cinéma, censure et démocratie »

Trois films tunisiens en compétition, autour du thème « Cinéma, censure et démocratie »

- dans Non classé
0
partages
Partagez !
Twittez !
Partager
Partager
Partager
Partager
+
C'est quoi ce truc ?

Le cinéma tunisien sera largement présent cette année à la huitième édition du festival de cinéma africain de Tarifa (FCAT, Espagne) qui se tiendra du 11 au 19 juin 2011, à l’initiative de l’association Al Tarab, révèle à l’agence TAP, M. Filip Hruby, chargé de communication extérieure du festival.

Devenu l’un des rendez-vous majeurs du film africain en Europe, le festival a sélectionné cette année, a-t-il indiqué, trois films tunisiens dans les trois sections de la compétition officielle : »Rêve africain », « De l’autre côté du Détroit » et « L’Afrique en court ». Au total, 33 films sont en lice en provenance de 16 pays africains (Tunisie, Maroc, Algérie, Egypte, Afrique du Sud, Kenya, Burkina Faso, Mali, Zambie, Ouganda, Mozambique, Ghana, Bénin, Cameroun, Sénégal et Niger).

Dans la catégorie des 10 long-métrages retenus pour leur originalité et force créative, pour la section « Le rêve africain », figure « Vénus noire » d’Abdellatif Kéchiche. Dans la section « L’Afrique en court » dédiée aux courts métrages de fiction et du documentaire, sera en lice « Tabou » de Mériem Riveil (15 mn, 2010) parmi une sélection de 13 films, qui seront projetés en boucle, sur grand écran.

La troisième section « De l’autre côté du Détroit » centrée sur 10 documentaires de création, sera marquée par la participation du film « Un conte de faits » de Hichem Ben Ammar. Projection de 10 courts et longs-métrages tunisiens réalisés entre 1988 et 2011 Hors compétition, le festival a programmé une rétrospective « Cinéma et censure/Cinéma et démocratie? Les cas de la Tunisie et de l’Egypte » avec une sélection de 10 films tunisiens entre longs et courts réalisés entre 1988 et 2011 à commencer par « Sabots en or » de Nouri Bouzid jusqu’au récent film de Nadia El Fani « Ni maître ni Allah ».

La rétrospective tunisienne cinq courts, cinq longs métrages comprend aussi les oeuvres (primées dans plusieurs festivals à l’échelle nationale et internationale) suivantes : « Essaida » (1996) de Mohamed Zran, « La télé arrive » (2006) de Moncef Dhouib, « Ouled Lénine » (2007) de Nadia El Féni, « Harga » ou « Brultre » (2009) de Leila Chaibi, « Condamnation » (2010) de Walid Mattar, « Vivre » (2010) de Walid Tayaa, « Vers le nord » (2010) de Youssef Chebbi et « De Carthage à Carthage » de Khaled Barsaoui (2010).

Une table ronde sur le thème de cette rétrospective sera organisée en réunissant des protagonistes venus de Tunisie et d’Egypte pour débattre du rôle du cinéma, de la censure, des lourdeurs bureaucratiques ainsi que du rôle du cinéma notamment en Tunisie. Sera présente notamment la cinéaste tunisienne Nadia El Fani dont le dernier film « Ni maître ni Allah », qui a suscité une grande polémique a été projeté au marché du film de la 64ème édition du festival de Cannes du 11 au 22 mai 2011. Parmi les invités tunisiens du FCAT 2011, figurent Hichem Ben Ammar et Mohamed Zran mais « leur présence n’est pas encore confirmée » a précisé M Filip Hruby .

L’actrice tunisienne Anissa Daoud, présidente du jury « Le rêve africain » En qui concerne les trois jurys, le choix a été porté sur l’actrice tunisienne Anissa Daoud pour présider le jury de la section « Le rêve africain ». Parmi sa filmographie « Tunis, fille du siècle » (doc-fic de Taib Jallouli), « Tendresse du loup » (LM de Jilani Saadi) « Elle et lui » (LM d’Elyes Baccar), « Noces d’été » (LM de Mokhtar Lajimi), « Trente » (LM de Fadhel Jaziri) et « La Nuit est longue » (LM du syrien Hatem Ali). La huitième édition du FCAT offre pour la section « Rêve africain » cinq prix: Prix du meilleur long métrage de fiction, Prix de la meilleure réalisation de long-métrage de fiction, Prix de la meilleure interprétation féminine, prix de la meilleure interprétation masculine et un prix du public pour le meilleur long métrage. Dans la section « L’Afrique en court », deux prix seront attribués à savoir le prix du meilleur court métrage décerné par Al Tarab et le prix RTVA (Radio TV d’Andalousie) à la création audio-visuelle au meilleur court métrage.

Un prix pour le meilleur long métrage documentaire sera décerné dans la section « De l’autre côté du Détroit). Parmi les 140 films africains ou sur l’Afrique proposés pour faire découvrir les cinématographies africaines, les festivaliers dans la ville andalouse Tarifa auront à voir le long métrage « Halfaouine » ou « L’enfant des terrasses » de Férid Boughdir (Tanit d’or JCC 1990 et plusieurs autres distinctions). Cette projection est prévue dans l’espace « Le Container », un lieu alternatif, « différent des salles de cinéma conventionnelles où la rigidité des sièges laisse place au confort des tapis et de coussins moelleux, et où les plus petits accompagnés de leurs parents, profiter d’une programmation concoctée spécialement pour eux dans une ambiance agréable et détendue ».

 

Source: Tunsisie-Mag

Partagez !
Twittez !
Partager
Partager
Partager
Partager
+

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez aussi aimer

La Tunisie à 280 euros la semaine en 4 étoiles tout compris !

0partages Partagez ! Twittez ! Partager Partager Partager