Tunisie : Un Camp d’expression numérique pour les enfants des révolutions arabes

Tunisie : Un Camp d’expression numérique pour les enfants des révolutions arabes

- dans Non classé
0
partages
Partagez !
Twittez !
Partager
Partager
Partager
Partager
+
C'est quoi ce truc ?

L’Association tunisienne d’expression artistique numérique, «Taâbir» (expression), organisera du 1er au 15 juillet prochain à Zarzis, le «Camp arabe d’expression numérique» (ADEC). Cet événement, qui se déroulera pour la première fois en Tunisie, se fera en collaboration avec la Fondation arabe d’expression numérique (ADEF). C’est ce qu’ont récemment annoncé les responsables de l’association, à l’occasion d’un point  de presse qui s’est récemment tenu à Tunis.

Lors d’une récente rencontre,  les responsables de «Taâbir» ont  rappelé les objectifs  de cette association pour ensuite annoncer la programmation de plusieurs activités éducatives, divertissantes et de formation prévues.

Ainsi, le camp accueillera cette année près de 80 enfants de martyrs issus du monde arabe (Libye, Syrie, Egypte et Tunisie, notamment) pour les former dans le domaine du numérique et ce, par la biais de plusieurs activités attenantes à la musique, à la vidéos,  aux sons, à la culture du web…

Après une formation de deux jours qui sera assurée par des artistes, des informaticiens et des éducateurs arabes, chaque enfant choisira un thème qui lui est cher et sera formé et encadré deux heures par jour, collectivement et individuellement. Cette action aura pour but d’aider à cultiver le talent de l’enfant et à développer son esprit critique.

En parallèle, les enfants bénéficieront d’une variété d’activités et de sorties divertissantes, éducatives, culturelles et sportives qui favoriseront l’extériorisation, l’expression en groupe et la confiance en soi.

Depuis sa création (après la révolution du 14 janvier), l’association « Taâbir, présidée par Rafik Omrani, œuvre pour la promotion de la liberté d’expression et de communication des individus et pour la  formation de la jeune génération pour mieux lui inculquer la culture numérique.

La structure s’ouvre également sur d’autres projets qui touchent les domaines de la vie sociale et des arts, surtout la musique. Le projet «Studio blech 7es», un studio  «sans bruit»  d’enregistrement, ouvert à tous les musiciens underground, consiste à  monter une phonothèque de musique tunisienne libre.

Quant au projet  intitulé Echgolt.com, il consiste en un espace de discussion pour débattre des questions politiques, sociales, économiques et culturelles relatives au présent et au futur de la Tunisie.

F.C avec La Presse

Partagez !
Twittez !
Partager
Partager
Partager
Partager
+

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez aussi aimer

La Tunisie à 280 euros la semaine en 4 étoiles tout compris !

0partages Partagez ! Twittez ! Partager Partager Partager